we sign it - Pour un débat public avec Dominique Seux

Pour un débat public avec Dominique Seux

Ce matin, j’étais invité de Léa Salamé, à 7 h 50 sur France Inter. Comme ça suivait le papier de Dominique Ceux, comme il était en studio avec moi, j’en ai profité pour offrir un débat public à cet éditorialiste aux Echos, salarié de Bernard Arnault, voix quotidienne du Medef à l’antenne.

Il n’a pas paru chaud, encore moins dans les couloirs, refusant discrètement : « Il a déjà eu lieu à l’antenne. » Comme si les deux phrases échangées pouvaient en tenir lieu…

A vous, donc, auditeurs de France Inter, lecteurs des Echos, à vous de le réclamer !

Ce matin, j’étais invité de Léa Salamé, à 7 h 50 sur France Inter. Comme ça suivait le papier de Dominique Ceux, comme il était en studio avec moi, j’en ai profité pour offrir un débat public à cet éditorialiste aux Echos, salarié de Bernard Arnault, voix quotidienne du Medef à l’antenne.

Il n’a pas paru chaud, encore moins dans les couloirs, refusant discrètement : {« Il a déjà eu lieu à l’antenne. » } Comme si les deux phrases échangées pouvaient en tenir lieu…

A vous, donc, auditeurs de France Inter, lecteurs des Echos, à vous de le réclamer!

On insistera auprès de lui, parce que c’est ça, le pluralisme : non pas un monologue tous les matins, avec de fausses répliques (qu’il écrit lui-même pour Patrick Cohen) mais oui, de la confrontation, du conflit, des désaccords. On insistera parce qu’il faut démonter, démontrer, la fausse neutralité de sa « Chronique Eco ». Vous connaissez la formule : {« Quand un patron parle, c’est de l’économie. Quand c’est un syndicaliste, c’est trop engagé ! »}

Par exemple, la France, pas seulement Paris, traverse un « pic de pollution », on déconseille à nos gamins de faire du sport, on s’habitue à ça, hier on annonçait que le Pôle Nord avait battu des records de température, plus 20° par rapport aux normales saisonnières, eh bien, tout ça, c’est de l’économie. C’est le fruit d’un système de production. Mais ça ne figure pas dans les chroniques de Dominique Ceux parce que, pour lutter vraiment contre ce réchauffement, il faudrait remplacer le « Travailler plus pour gagner plus pour consommer plus » par un « Répartir mieux, consommer moins ».

Lui préfère pester, régulièrement, contre « les charges ». On est d’accord avec lui, il y en a trop, des « charges ». Les gros patrons ont accru leurs salaires de 20 % en un an, et oui, c’est une charge insupportable pour les entreprises ! La France détient le record d’Europe des dividendes versés aux actionnaires, et là encore, oui, c’est une charge insupportable pour les entreprises ! Le 1 % les plus riches détiennent plus, dans le monde, que les 99 % restants, eh bien oui, ces Bernard Arnault sont une charge pour le reste de l’humanité !

Alors, oui, avec Dominique Ceux, ouvrons ce débat (avec une co-organisation Fakir-Les Echos) !
Et j’espère que Patrick Cohen ou Léa Salamé accepteront de l’animer, pour en garantir le joyeux déroulement.
Pour nous, ça s’inscrira dans un constant combat : se bagarrer contre la Finance, et contre l’indifférence…

Signer

Diffusez auprès de votre entourage